Chers amis,

Chaque année à l’automne je fais une cure d’oméga-3.

Ces acides gras vertueux apportent de nombreux bienfaits :

  • Ma mémoire s’en trouve améliorée, mon esprit devient plus clair après ma cure, ma pensée plus fluide ;[1]
  • Je me sens plus optimiste et serein au quotidien ;[2]

En plus de permettre ces effets de fond, les oméga-3 ont des vertus santé documentées, ils :

  • Réduiraient l’inflammation (et donc le risque de maladies inflammatoires comme les gastrites, l’arthrose… ) ;[3]
  • Seraient bons pour le cœur et la tension artérielle ;[4]

Mais le choix d’un complément d’omégas-3 n’est pas aisé ! Tant il en existe des formes différentes !

Pour ne pas me tromper, j’applique quatre critères.

Critère n°1 : je privilégie EPA et DHA

Il y a trois types d’oméga-3 sur le marché :

  • L’acide alpha-linolénique (ALA) : c’est celui qu’on retrouve dans les végétaux, comme les graines de lin – cette forme est mal absorbée par l’organisme.[5]
  • L’acide éicosapentaénoïque (EPA) qu’on retrouve dans les poissons gras, mieux absorbable ;
  • Et l’acide docosahexaénoïque (DHA) qu’on retrouve aussi dans les poissons gras, et également mieux absorbable.

Je vérifie donc toujours sur l’étiquette que le complément contient majoritairement de l’EPA et du DHA.

C’est facile à vérifier. Les acronymes sont partout les mêmes.

En bouteille de préférence

Les compléments d’oméga-3 se présentent sous la forme de capsules contenant de l’huile OU de bouteilles d’huile. Je vous conseille d’utiliser la forme « bouteille d’huile ».

Car alors ils s’absorbent mieux que lorsque contenus dans une capsule.[6]

Pour consommer l’huile, soit vous la buvez directement dans une cuillère à café, soit vous l’ajoutez dans vos salades en assaisonnement.

Les oméga-3 sont sensibles à la chaleur, veillez donc à ajouter l’huile à des plats froids ou à température.

3 astuces pour connaître la qualité de votre huile

Deuxième chose, pour m’assurer que l’huile est saine je vérifie toujours sur les sites Internet des fabricants s’ils publient le certificat d’analyse.

Ce certificat garantit que l’huile n’est pas contaminée par les polluants (pesticides, métaux lourds). En général, les fabricants éliminent de l’huile les particules indésirables.

En deuxième lieu, je fais confiance à mon nez pour déterminer la qualité du produit. L’huile ne doit avoir aucune odeur. Si elle a une forte odeur de poisson, c’est qu’elle est oxydée ou rance.

En troisième lieu, je pratique souvent un test de contrôle pour vérifier mes oméga-3. Car des oméga-3 de bonne qualité restent limpides et liquides à des températures basses.

Je mets donc mon huile au frigo et si l’huile devient grumeleuse, je la jette.

La dosage journalier idéal

Il n’y a pas de recommandations officielles pour le dosage journalier des oméga-3.

Il faut cependant éviter d’en prendre plus de 3 grammes par jour parce qu’ils fluidifient le sang. Vous devez donc stopper votre cure quelques semaines avant une opération ou un accouchement.

Personnellement, je me suis conformé à la plupart des études sérieuses, qui préconisent 1 à 2 grammes par jour.

Et si vous n’avez aucun problème de santé particulier, vous pouvez même vous contenter de 500 mg à 1 gramme par jour.

La meilleure huile que j’ai trouvée, c’est celle-ci

En suivant mes 4 principes, j’ai abouti à une huile vraiment exceptionnelle : Oméga-3 liquide Omegartic Elixir Agrume de Nutrixeal.

Je précise que je ne connaissais pas ce laboratoire avant mes tests et que je n’ai aucun intérêt quelconque à vanter leur produit.

Mais c’est une huile sérieuse et fiable.

Elle est issue du saumon. Elle est garantie sans polluants. Elle n’a pas de goût si l’on excepte un délicieux arôme naturel d’agrumes, qui facilite son usage comme assaisonnement.

J’en mets une à deux cuillères à café dans une salade chaque jour, en général à midi.

Le dosage est simple car une cuillère à café contient environ 1 gramme d’oméga-3.

Son seul défaut est d’être un peu chère (28€ la bouteille) mais chaque bouteille me « tient » 25 jours en prenant ces deux cuillères à café par jour (2 grammes). Donc en gros cela vous revient à 1€ par jour, c’est acceptable pour une cure.

N’hésitez pas à m’écrire ici si vous aussi avez découvert, de votre côté, des oméga-3 de très bonne qualité.

Portez-vous bien,

Rodolphe 

P.s : Attention, les oméga-3 sont très fragiles. Conservez-les à l’abri de la lumière dans un endroit frais et sec pour éviter l’oxydation (et donc la perte de bienfaits).


[1] Power (R.), et al., « The Role of Nutrition for the Aging Population : Implications for Cognition and Alzheimer’s Disease », Annu. Rev. Food Sci. Technol., 2019

[2] Carlezon (J. R.), et al., « Antidepressant-like effects of uridine and omega-3 fatty acids are potentiated by combined treatment in rats », Biologicial Psychiatry, Vol. 57, Issue 4, 2005, 343-350

[3] Gopinath (B.), et al., « Consumption of polyunsaturated fatty acids, fish, and nuts and risk of inflammatory disease mortality », The American Journal of Clinical Nutrition, Volume 93, Issue 5, mai 2011, 1073-1079

[4] Michaud H., Les bienfaits des acides gras oméga-3, Canal Vie, consulté en novembre 2019, disponible sur : https://www.canalvie.com/sante-beaute/nutrition/infos-et-conseils/les-bienfaits-des-acides-gras-omega-3-1.796695

[5] Pawlosky (R. J.), al., « Physiological compartmental analysis of alpha-linolenic acid metabolism in adult humans », J Lipid Res., 2001

[6] Raatz (S. K.), et al., « Enhanced absorption of omega-3 fatty acids from emulsified compared with encapsulated fish oil », J. Am. Diet. Assoc., 2009