Chers amis,

Je recherche depuis longtemps un bon matelas.

Par « bon » j’entends :

  • bon pour mon dos et mon sommeil ;
  • bon pour ma peau et mes poumons, c’est-à-dire sans produits allergisants et avec le moins possible de matières synthétiques ;
  • bon pour la nature, autrement dit recyclable.

C’est le parcours du combattant pour combiner ces 3 exigences.

Je ne vais pas vous parler des vieux matelas en laine que nous avons tous connus dans notre jeunesse. Beaucoup encombrent encore nos maisons de famille. Mauvais pour le dos, nids à bestioles, ils ont disparu du marché… à juste titre.

Mousse, c’est non

Trois familles de matelas s’offrent aujourd’hui à nous : en mousse, à ressorts, en latex.

Il faut exclure d’emblée les matelas en mousse.

Qu’ils soient en polyester ou en polyuréthane (donc dérivés du pétrole), ils contiennent des colles, plastiques, tissus qui font l’objet de traitements chimiques contre l’humidité, l’incendie, la chaleur et intègrent toutes sortes de substances polluantes :

  • composés organiques volatils (COV) ;
  • phtalates ;
  • isocyanates ;
  • retardateurs de flammes, etc.

Bref, on est très loin d’un choix responsable pour la santé, sans parler même d’écologie.

Et puis ces mousses… ne tiennent pas le dos !

Les pires, et pourtant ce sont les plus chers, ce sont les « mémoire de formes ». Mon amie le Docteur Bernadette de Gasquet, spécialiste mondiale du mal de dos et des douleurs articulaires, le dit et le répète, c’est catastrophique pour le dos.

Car le « mémoire de formes » va s’adapter à votre dos tordu… à vos épaules voûtées… à votre bassin mal placé.

Il ne va pas vous remettre dans les bonnes positions, il va au contraire « figer » les mauvaises postures.

Pour la nuque, le « mémoire de formes » est très mauvais aussi. Entraîné par le fort poids de la tête auquel il ne résiste pas, il tord vos cervicales sans que vous vous en rendiez compte. Cela peut augmenter vos tensions au lieu de les diminuer, voire en créer si vous n’en aviez pas.

Ressorts, pourquoi pas

Les matelas à ressorts, j’en ai eu longtemps et j’en ai été parfois content. Certains sont très confortables et bons pour le dos.

Ils ont un défaut : ils ne permettent pas « l’indépendance de couchage ». C’est-à-dire que votre partenaire « sent » vos mouvements quand vous bougez d’un côté du lit.

Certains matelas à ressorts haut de gamme, où chaque ressort est isolé dans un petit sachet individuel (on dit « ressorts ensachés ») ont trouvé la parade à ce défaut. Mais de mon expérience, ça ne marche pas si bien que ça…

Mais surtout, ensaché ou pas, le matelas à ressorts reste :

  • susceptible de contenir beaucoup de matières traitées ;
  • catastrophiques pour l’écologie. Après 10-15 ans, quand les ressorts sont affaissés et que le matelas forme un ou plusieurs creux, on envoie son matelas à la déchetterie. Et là il peut « durer » des dizaines d’années quand il n’est pas brûlé. Parce qu’aucune des matières, et surtout pas les dizaines ou centaines de ressorts qu’il contient, n’est recyclable !

Bref, ce n’est pas le « matelas de demain ».

Latex naturel, matière reine… qui devient abordable

Il reste une catégorie de matelas qui satisfait les 3 critères (confort, santé, écologie), c’est le matelas en latex naturel.

Je l’ai découvert assez récemment et je fais d’emblée un avertissement : c’est tellement « tendance » que les prix valsent de 1 à 10. Avec pas mal d’arnaques.

C’est d’ailleurs la réputation du latex « vraiment » naturel : on ne peut pas se l’offrir, ce serait trop cher.

Ce n’est plus vrai, grâce à des petits producteurs courageux qui vous y donnent accès à des prix très raisonnables.

Mais d’abord, laissez-moi vous décrire les vertus d’un matelas en latex naturel car j’ai longuement étudié la question avant de me décider à en acheter un !

C’est un investissement et je vous avoue que j’étais sceptique, au départ.

Le latex naturel provient de la sève d’un arbre, l’hévéa. Il est élastique, durable et résistant. Il maintient 95 % de sa forme au bout de dix ans, à l’inverse de toutes les mousses et les ressorts.

Ensuite, le latex naturel a des propriétés antibactériennes (pas de stockage de microbes) et antiallergies (pas de matières allergènes, pas d’acariens).

Enfin, grâce aux millions de micro-bulles d’air et centaines d’alvéoles qui le composent, il est thermo-régulateur, c’est-à-dire que, contrairement aux matelas synthétiques qui « emprisonnent » la chaleur et contribuent à la transpiration, le latex naturel vous envoie de la fraîcheur quand vous avez trop chaud et vous réchauffe quand vous avez froid.

Votre matelas « respire » et vous aussi. D’ailleurs, il faut bien prévoir un sommier à lattes en dessous afin qu’il reste ventilé.

Un fabricant italien à vous recommander

Alors maintenant, lequel choisir, si vous voulez opter pour un matelas en latex naturel ?

C’est très difficile.

Le marketing a envahi ce micro-marché et les pièges pour les acheteurs sont nombreux.

Deux exemples :

  • Ce matelas latex « André Renault » ne porte pas la mention « latex naturel » ce qui veut dire que c’est sans doute du latex synthétique (au mieux il contient 25 % de latex naturel). En plus, les garnitures sont en mousse.

https://www.maisondelaliterie.fr/74-1118-albe.html#/matiere-latex/dimensions-160_200_24/confort-ferme

  • Vous avez aussi des matelas en latex naturel à des prix exorbitants comme ce « Talalay Bliss » à 5 600 € !

https://www.maisondelaliterie.fr/18-17353-world-s-best-bed.html#/23-matiere-pure_talalay/26-dimensions-160_200_30/158-confort-ferme

Il y a des dizaines d’autres exemples de ce genre. 

Je me suis fixé un défi : trouver un matelas en latex 100 % naturel à moins de 1 000€.

Et je crois que j’ai trouvé.

Une famille italienne, à Turin, fabrique des matelas en latex naturel depuis 20 ans, une marque appelée Kipli (https://kipli.com/fr/).

Je suis tombé sur cette marque par hasard et je précise que n’ai aucun intérêt à en faire la promotion.

Mais leur éthique et la qualité de leurs produits me paraissent irréprochables. Apparemment je ne suis pas le seul, les avis vérifiés de leurs clients sont extrêmement élogieux (voir leur site).

Le propriétaire, Davide, a appris les bienfaits du latex naturel par son oncle Mario, qui fut employé chez les pneus Pirelli et décida, lors d’un voyage au Sri Lanka, que le latex naturel deviendrait la matière première de ses matelas « santé ».

La famille s’est depuis lancée et a acquis une vraie notoriété parmi les fabricants de matelas.

Aujourd’hui, cette famille produit tous ses matelas en latex 100 % naturel :

  • à moins de 1 000 €, ce qui est assez remarquable. Ils n’ont pas de boutique physique et c’est sans doute ce qui diminue leurs coûts. Les commandes se font en ligne seulement ;
  • ils utilisent un latex naturel certifié GOLS (Global Organic Latex Standard), label biologique de développement durable qui garantit qu’aucun pesticide chimique ni élément toxique n’a été utilisé ;
  • les 20 cm de latex de chaque matelas sont enveloppés dans une housse fabriquée avec de la laine et du coton bio certifiés Oeko-Tex, un autre label fiable. Il n’y a pas de matières toxiques dans les tissus ni dans d’autres pièces telles que les fermetures éclair et le garnissage. Il n’y a pas de colle synthétique non plus ;
  • leurs matelas ont deux faces, l’une souple avec une doublure en laine pour l’hiver, l’autre plus ferme avec une housse en coton bio pour l’été.

J’ai acquis l’un de leurs matelas, pour un lit double. C’est souple quand on s’allonge dessus, mais rapidement on sent que ça résiste parfaitement. Je dors très très bien dessus. Il n’y a aucune odeur. Je suis apaisé de savoir que je ne me pollue pas de produits ni de matières toxiques.

Il existe sans doute d’autres marques d’aussi bonne qualité. Celle-ci me paraissait intéressante et vraiment compétitive en termes de prix, d’où ma décision de vous en parler. En espérant que leurs prix n’augmenteront pas dans les années à venir !

Si vous avez, de votre côté, d’autres marques de matelas en latex naturel à conseiller, n’hésitez pas à m’écrire, la communauté de mes lecteurs vous remerciera !

Portez-vous bien,

Rodolphe Bacquet