Au plus profond de vos entrailles, un cadeau extraordinaire

Chers amis,

36 000 milliards de ferments, champignons, levures peuplent notre intestin, autant que l’ensemble de nos cellules.

Cette flore intestinale est un cadeau du ciel.

Elle assure le bon fonctionnement de votre organisme, mais pas seulement, de l’assimilation des nutriments à l’évacuation des déchets !

Ce qui se passe dans vos intestins c’est une lutte :

  • Contre l’inflammation,
  • Pour les défenses immunitaires,
  • Pour la sécrétion d’hormones et de neurotransmetteurs,
  • Pour la régulation de l’humeur.

En d’autres mots, une véritable tour de contrôle qui dirige votre corps.

12 exemples de la vie moderne qui tuent votre microbiote à petit feu

Mais ce microbiote a quelques ennemis jurés :

  1. Les antibiotiques qui exterminent tous les micro-organismes (bons ou mauvais)
  2. L’alimentation riche en sucre et en graisses saturées
  3. Les plats préparés et les agents conservateurs
  4. Les pesticides, qu’on retrouve dans l’alimentation et les boissons
  5. Les perturbateurs endocriniens et les métaux lourds, notamment présents dans le poisson et les crustacés
  6. L’alimentation systématiquement stérilisée (produits laitiers, conserves…)
  7. La vie dans des atmosphères confinées et l’air conditionné
  8. La pollution des villes, notamment des gaz d’échappement
  9. L’alcool et la cigarette
  10. Le stress
  11. Les champs électromagnétiques (WIFI, 3G, 4G, 5G) qui perturbent le fonctionnement de notre corps (dont notre microbiote[1]).
  12. Le manque d’exercice physique

Et dès que votre microbiote est déstabilisé (on parle de dysbiose), on observe des changements à tous les étages, de la digestion perturbée à la dépression, en passant par le surpoids, le diabète, les maladies cardiovasculaires et le cancer[2] !

Le microbiote qui provoque la dépression c’est un peu fort, Rodolphe, non ? 

Prenons le seul cas de l’humeur. Cela vous paraît peut-être absurde que vos intestins puissent avoir un impact sur votre bonne ou votre mauvaise humeur !

Et pourtant…

Les chercheurs ont découvert que les neurotransmetteurs de la détente, du plaisir et de la satisfaction (qu’on appelle les GABA, la sérotonine et la dopamine) trouvent tous leur origine dans notre intestin[3].

Selon une étude encore plus récente, lorsque notre intestin est déséquilibré, nous sommes automatiquement plus susceptibles d’être triste, de mauvaise humeur ou déprimé[4].

Avez-vous aussi cette intuition profonde ?

C’est pour cela que l’on dit que l’intestin est notre « deuxième cerveau ».

Nous disons que c’est viscéral quand nous ressentons quelque chose dans nos tripes. Les Britanniques, eux, parlent de gut feeling. Et “tripes” c’est “esprit” dans un autre ordre de lettres…

Il est peut-être temps d’écouter cette intuition qui vient de nos tripes… et de changer notre style de vie pour préserver notre trésor intestinal.

Voici ce que nous devons faire

La solution pour reprendre le contrôle de votre microbiote ne viendra pas de la grande pharmacie ni de l’industrie agro-alimentaire, nous le savons.

L’initiative doit venir de nous (vous et moi).

La première urgence, c’est de dire stop à la « frénésie hygiéniste », à la stérilisation de tout, à la pasteurisation de tout.

Comment, pendant des millénaires, nos ancêtres ont-ils survécu sans pasteuriser leurs aliments ?

Comment ne sont-ils pas TOUS morts d’infections terribles ?…

Aujourd’hui,

  • Le lait et ses dérivés (crème, beurre, fromage…)[5]
  • Le miel[6]
  • La choucroute
  • Le pain
  • Les légumineuses
  • La bière[7]
  • Le vin
  • Le vinaigre
  • etc

…sont considérés comme potentiellement dangereux.

Alors on tue les excellents ferments qu’ils contiennent en les chauffant, en les stérilisant, en les pasteurisant comme des acharnés.

C’est absurde.

Savez-vous ce qu’on fait en faisant cela ?

On fabrique des aliments morts.

Je dis bien des aliments morts, dépourvus de ces ferments vivants, de ces bactéries utiles qui nourrissaient et ensemençaient nos intestins.

Il y a des gestes à réapprendre pour prendre soin du microbiote. Je me propose de les partager avec vous, ce sera l’objet de mes prochains messages.

36 000 milliards de ferments, champignons, levures peuplent notre intestin, autant que l’ensemble de nos cellules.

Cette flore intestinale est un cadeau du ciel.

Elle assure le bon fonctionnement de votre organisme, mais pas seulement, de l’assimilation des nutriments à l’évacuation des déchets !

Ce qui se passe dans vos intestins c’est une lutte :

  • Contre l’inflammation,
  • Pour les défenses immunitaires,
  • Pour la sécrétion d’hormones et de neurotransmetteurs,
  • Pour la régulation de l’humeur.

En d’autres mots, une véritable tour de contrôle qui dirige votre corps.

12 exemples de la vie moderne qui tuent votre microbiote à petit feu

Mais ce microbiote a quelques ennemis jurés :

  1. Les antibiotiques qui exterminent tous les micro-organismes (bons ou mauvais)
  2. L’alimentation riche en sucre et en graisses saturées
  3. Les plats préparés et les agents conservateurs
  4. Les pesticides, qu’on retrouve dans l’alimentation et les boissons
  5. Les perturbateurs endocriniens et les métaux lourds, notamment présents dans le poisson et les crustacés
  6. L’alimentation systématiquement stérilisée (produits laitiers, conserves…)
  7. La vie dans des atmosphères confinées et l’air conditionné
  8. La pollution des villes, notamment des gaz d’échappement
  9. L’alcool et la cigarette
  10. Le stress
  11. Les champs électromagnétiques (WIFI, 3G, 4G, 5G) qui perturbent le fonctionnement de notre corps (dont notre microbiote[1]).
  12. Le manque d’exercice physique

Et dès que votre microbiote est déstabilisé (on parle de dysbiose), on observe des changements à tous les étages, de la digestion perturbée à la dépression, en passant par le surpoids, le diabète, les maladies cardiovasculaires et le cancer[2] !

Le microbiote qui provoque la dépression c’est un peu fort, Rodolphe, non ? 

Prenons le seul cas de l’humeur. Cela vous paraît peut-être absurde que vos intestins puissent avoir un impact sur votre bonne ou votre mauvaise humeur !

Et pourtant…

Les chercheurs ont découvert que les neurotransmetteurs de la détente, du plaisir et de la satisfaction (qu’on appelle les GABA, la sérotonine et la dopamine) trouvent tous leur origine dans notre intestin[3].

Selon une étude encore plus récente, lorsque notre intestin est déséquilibré, nous sommes automatiquement plus susceptibles d’être triste, de mauvaise humeur ou déprimé[4].

Avez-vous aussi cette intuition profonde ?

C’est pour cela que l’on dit que l’intestin est notre « deuxième cerveau ».

Nous disons que c’est viscéral quand nous ressentons quelque chose dans nos tripes. Les Britanniques, eux, parlent de gut feeling. Et “tripes” c’est “esprit” dans un autre ordre de lettres…

Il est peut-être temps d’écouter cette intuition qui vient de nos tripes… et de changer notre style de vie pour préserver notre trésor intestinal.

Voici ce que nous devons faire

La solution pour reprendre le contrôle de votre microbiote ne viendra pas de la grande pharmacie ni de l’industrie agro-alimentaire, nous le savons.

L’initiative doit venir de nous (vous et moi).

La première urgence, c’est de dire stop à la « frénésie hygiéniste », à la stérilisation de tout, à la pasteurisation de tout.

Comment, pendant des millénaires, nos ancêtres ont-ils survécu sans pasteuriser leurs aliments ?

Comment ne sont-ils pas TOUS morts d’infections terribles ?…

Aujourd’hui,

  • Le lait et ses dérivés (crème, beurre, fromage…)[5]
  • Le miel[6]
  • La choucroute
  • Le pain
  • Les légumineuses
  • La bière[7]
  • Le vin
  • Le vinaigre
  • etc

…sont considérés comme potentiellement dangereux.

Alors on tue les excellents ferments qu’ils contiennent en les chauffant, en les stérilisant, en les pasteurisant comme des acharnés.

C’est absurde.

Savez-vous ce qu’on fait en faisant cela ?

On fabrique des aliments morts.

Je dis bien des aliments morts, dépourvus de ces ferments vivants, de ces bactéries utiles qui nourrissaient et ensemençaient nos intestins.

Il y a des gestes à réapprendre pour prendre soin du microbiote. Je me propose de les partager avec vous, ce sera l’objet de mes prochains messages.

Prenez soin de vous,

Rodolphe